Qu’est-ce que l’ostéophytose ?

Pathologie invalidante et particulièrement douloureuse, l’ostéophytose se manifeste par la création pathologique de tissus osseux appelés ostéophytes. Ces excroissances osseuses finissent par endommager le cartilage, ce qui peut aboutir à la limitation de la mobilité des articulations et à la sténose. Lorsque la maladie touche la colonne vertébrale, elle se manifeste par des symptômes comme des douleurs dans le dos, des problèmes de posture et des engourdissements. Le traitement des ostéophytes comprend la rééducation, la pharmacothérapie et la chirurgie..

Classification des ostéophytes

Les ostéophytes se différencient par leur forme, leur structure et leurs causes d’occurrence. On en distingue au moins 4 variantes.

Ostéophytes post-traumatiques
Induits par des lésions osseuses, les ostéophytes post-traumatiques s’avèrent moins dangereux que les ostéophytes massifs qui, eux, sont provoqués par des tumeurs osseuses.

Les ostéophytes post-traumatiques sont dus à des lésions osseuses. Fondamentalement, les fractures, les dislocations ou la séparation des ligaments des genoux et des articulations du genou peuvent y contribuer.

Les ostéophytes dégénératifs-dystrophiques se développent à la suite d’un processus dégénératif dans une articulation ou dans tout l’appareil articulaire. Sur une radiographie, ces ostéophytes ressemblent à des grappes de fléchettes. Les ostéophytes de ce type limitent la mobilité de l’articulation touchée.

Les ostéophytes périostés se développent lors d’une inflammation du périoste. Cette inflammation, à son tour, conduit à l’oscillation de différentes parties de l’os ou de l’articulation, ce qui aboutit finalement au développement d’excroissances sur différentes surfaces.

Les ostéophytes massifs sont les plus dangereux de tous. Ils apparaissent à la suite de tumeurs osseuses. La cause des ostéophytes massifs peut être des métastases ostéosclérotiques.

Quelles sont les causes de l’ostéophytose ?

Les ostéophytes résultent de modifications des os dues au vieillissement, à la dégénérescence, aux dommages mécaniques et aux maladies. Les ostéophytes sont également fréquents dans les modifications arthrosiques, des maladies provoquées par des processus inflammatoires qui entraînent des lésions et une usure des structures articulaires. La calcification et la formation de nouveaux os se produisent également en réponse à des dommages mécaniques au niveau des articulations ou des points de fixation des ligaments et des tendons. La formation d’ostéophytes est aussi associée à la tentative de régénération du cartilage articulaire endommagé.

L’ostéophytose est une forme d’arthrose. Elle se caractérise par une croissance osseuse dans la colonne vertébrale, la hanche, le genou, la main et les doigts. Les modifications sont clairement visibles sur les images radiographiques. Ces appendices osseux sont étroitement liés à l’arthrose qui, en déstabilisant les processus de dégradation et de synthèse du cartilage articulaire, affecte les modifications morphologiques, biochimiques, moléculaires et biomécaniques du tissu osseux. Le développement de la maladie peut être causé par de nombreux facteurs. La maladie dégénérative provoque une sclérose et un épaississement du squelette, une ulcération, une perte de poids du cartilage articulaire et des kystes sous-chondraux au niveau des vertèbres et des articulations. Au cours de la maladie, les mouvements sont limités. La flexion des membres est accompagnée de douleurs aiguës et une inflammation se produit.

Les raisons du développement de l’ostéophytose peuvent varier. Très souvent, elle est attribuable à la faiblesse du squelette et des articulations. Chez les personnes âgées, le risque de développer cette maladie augmente considérablement. Le risque est également élevé chez les personnes présentant une prédisposition génétique aux maladies rhumatismales.

Le surpoids est également l’une des causes les plus courantes. Les dégénérescences progressent à travers une contrainte articulaire permanente avec une masse corporelle accrue. Un mode de vie sédentaire et une mauvaise hygiène de sommeil peuvent également contribuer à des modifications des os. Un matelas trop mou ou trop épais peut notamment provoquer cette pathologie.

L’ostéophytose survient très souvent chez les athlètes constamment exposés à des blessures aux os et aux articulations, ainsi qu’à des surcharges importantes. Les personnes pratiquant des disciplines sportives telles que le tennis ou la course à pied sont plus susceptibles de présenter diverses dégénérescences ostéoarticulaires.

Surcharge pondérale et Ostéophytose
La surcharge pondérale ou surpoids est un facteur de risque de l’ostéophytose.

Quels sont les facteurs de risque ?

Les facteurs qui conduisent à leur formation dans le corps sont:

  • des traumatismes
  • la génétique
  • la grossesse
  • la présence d’arthrose
  • la surcharge pondérale
  • l’âge
  • les changements hormonaux pendant la ménopause
  • les modifications dégénératives dystrophiques
  • l’immobilité
  • l’usure des articulations
  • un excès de calcium
  • un stress physique permanent
  • une mauvaise posture

Les symptômes de l’ostéophytose

Les ostéophytes peuvent se développer à divers endroits du corps, mais ils sont plus fréquents au niveau de :

  • la colonne vertébrale
  • les articulations de la hanche
  • le genou
  • l’épaule
  • les talons

La plupart des ostéophytes ne provoquent aucun signe ou symptôme. Parfois, ils sont découverts de façon accidentelle lors d’une radiographie.

Le symptôme le plus perceptible et le plus ennuyeux est une douleur lancinante au niveau de la zone affectée. La zone touchée par les modifications peut devenir engourdie et la douleur, elle-même, irradie parfois jusqu’à la colonne vertébrale. L’ostéophytose limite progressivement l’amplitude des mouvements.

En cas de dégénérescence des corps vertébraux, la charge est transférée aux structures voisines, ce qui conduit dans certains cas à l’immobilisation du patient. Les articulations deviennent raides, et on observe une inflammation, ainsi qu’un son caractéristique lors de la flexion des membres. L’ostéophytose de la colonne vertébrale est associée à une limitation des mouvements de la poitrine et à des problèmes respiratoires.

L’ostéophytose du genou apparaît généralement chez les personnes obèses. Les ostéophytes peuvent limiter le déplacement de la rotule et les mouvements de flexion. La dégénérescence, qui se produit dans l’articulation, rend difficile les déplacements et le passage de la position assise à la position debout.

Les ostéophytes peuvent toucher la tête fémorale et le cotyle de la hanche. Dans ce cas, le mouvement des jambes est accompagné d’une douleur aiguë. La dégénérescence de la hanche peut rétrécir considérablement l’articulation et réduire davantage la possibilité de mouvement.

La croissance d’ostéophytes au niveau des articulations interphalangiennes porte le nom de bosses de Heberden et de Bouchard. Les excroissances osseuses apparaissent généralement entre les doigts de la main droite. L’ostéophytose rigidifie les doigts et provoque des douleurs qui peuvent s’intensifier aux basses températures. La raideur et la douleur surviennent le matin immédiatement après le réveil.

Comment se fait le diagnostic ?

Avant de commencer un traitement, il est essentiel de se rendre à l’hôpital en vue de consulter un médecin. Il effectuera les examens nécessaires pour évaluer l’état du patient. La palpation ne révélera que les ostéophytes déjà infectés. La détection des ostéophytes en cours de croissance nécessitera, par contre, d’autres examens.

La radiographie

La radiographie est utilisée pour le diagnostic de diverses pathologies des organes internes et de la colonne vertébrale. Les rayons X pénètrent à travers des supports opaques et les absorbent à des degrés divers, produisant une image qui reflète l’état de la surface affichée.

L’électro-neurographie

Le diagnostic électronique est une méthode de diagnostic basée sur l’utilisation de dictaphones graphiques et de capteurs pour évaluer la conductivité et les dommages infligés aux nerfs. En plus de l’électro-neurographie, une électromyographie peut être réalisée. Le premier examen évalue l’état du nerf, tandis que le second estime l’activité des fibres musculaires.

Diagnostic ostéophytose
Pour affiner le diagnostic de l’ostéophytose, certaines praticiens ont parfois recours à une électromyographie qui permet d’estimer l’activité des fibres musculaires.

Comment traite-on cette pathologie ?

Avec l’ostéophytose et d’autres maladies rhumatismales, un traitement complet est important. Le traitement pharmacologique à lui seul n’entraînera pas d’effets notables. Seuls la rééducation, la perte de poids, l’alimentation du système squelettique et un mode de vie adéquat aideront à lutter contre la maladie. L’ostéophytose de la hanche, du genou ou du corps vertébral nécessite un traitement adapté à chaque cas. L’amélioration de la motricité et la réduction de la douleur seront assurées par la rééducation et la thérapie physique. Le traitement comprend également la relaxation musculaire, le massage, l’exercice et les traitements par ultrasons et laser.

Les médicaments

Tout d’abord, il est nécessaire de libérer le patient des symptômes désagréables et de la douleur, afin de rétablir la mobilité et la sensibilité des membres inférieurs. Par conséquent, deux séries de médicaments sont prescrites. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (ibuprofène, diclofénac) aident à combattre le processus inflammatoire. Les anesthésiques (Ketanov, Ketorol) sont également utilisés afin de préserver le patient de la douleur.

Si la douleur ne s’apaise pas et que les muscles souffrent de crampes, des relaxants musculaires peuvent utilisés pour détendre les muscles. Des complexes de vitamines et de minéraux contenant des vitamines B peuvent être également utilisés.

Mesures conservatives

Un traitement conservateur est prescrit aux stades précoce et moyen de la maladie, quand l’ostéophyte peut encore être guéri sans chirurgie. Durant cette thérapie, le patient utilise des médicaments ou une combinaison de médicaments, de procédures de physiothérapie et de gymnastique spéciale.

Pour les patients qui sont à un stade précoce, des anti-inflammatoires non stéroïdiens peuvent être utilisés pour éliminer l’inflammation et améliorer l’état général du patient. Si les muscles sont très tendus, le médecin peut prescrire de l’acide nicotinique, ainsi que des médicaments contenant de la vitamine B, du magnésium, du phosphore et du calcium.

Afin de soulager la douleur et de supprimer l’inflammation, le médecin peut prescrire des solutions, des pommades et des gels qu’on appliquera sur la région douloureuse. S’il est nécessaire de réchauffer l’endroit enflammé, des médicaments comme Viprosal, Finalgon et Kapsik peuvent être prescrits.

Traitement chirurgical

Si le traitement conservateur n’est pas efficace ou s’il y a des complications neurologiques graves, le médecin peut prescrire une ablation chirurgicale des ostéophytes. Après la chirurgie, il ne faut pas oublier que le processus pathologique peut être réactivé. Pour cela, il faudra prendre des mesures préventives.

L’objectif principal de l’opération est d’éliminer les ostéophytes. Si l’extrémité nerveuse est intacte, l’ablation chirurgicale aidera à éliminer les symptômes désagréables. Dans le pire des cas, si les racines du nerf sont gravement endommagées, des symptômes neurologiques subsisteront après la chirurgie.

Le médecin peut orienter le patient vers une procédure arthroscopique au cours de laquelle l’articulation sera nettoyée chirurgicalement. Après la procédure, vous ressentirez une amélioration significative et une plus grande amplitude de mouvements.

La physiothérapie

Ce groupe de traitements comprend la thérapie laser à haute intensité (HILT) et la thérapie par ondes de choc (UHT).

La thérapie laser à haute intensité est une méthode de traitement basée sur l’utilisation d’un laser pulsé qui peut bloquer la douleur et atteindre les tissus profonds. Cette thérapie réduit le gonflement, l’inflammation et la douleur. En dépit de ses nombreux avantages, la thérapie HILT a des contre-indications. Cette procédure est contre-indiquée en cas de convulsions, d’épilepsie, de problèmes de perception tactile et de niveaux élevés de cortisone dans le sang. Elle est également contre-indiquée si vous êtes enceinte.

La thérapie par ondes de choc ou UHT est une méthode de traitement basée sur l’utilisation d’ondes acoustiques ou d’ondes choc à basses fréquences. Cette méthode éprouvée est efficace chez la plupart des patients. 90% des personnes interrogées ont déclaré se sentir mieux après le traitement UHT. La thérapie elle-même vise à :

  • réduire l’inflammation et la douleur
  • renforcer les tendons et les ligaments
  • traiter les tissus
  • améliorer le flux sanguin
  • détruire les sels de calcium accumulés chez un patient

L’âge du patient (pas plus de vingt-trois ans), la grossesse, les maladies du sang et la présence d’un stimulateur cardiaque sont des contre-indications à cette thérapie.

Peut-on prévenir l’ostéophytose ?

Pour éviter l’apparition d’ostéophytes, il faut constamment bouger. Faites aussi attention à votre alimentation. Mangez des aliments riches en vitamines. Débarrassez-vous des mauvaises habitudes alimentaires comme la consommation de fast-foods. Évitez le surpoids en prenant les précautions idoines. Les kilogrammes supplémentaires créent une surcharge et ralentissent le métabolisme, conduisant à la formation d’ostéophytes ou au développement d’autres maladies.

Surveillez également votre posture. Dormez sur des matelas orthopédiques. Si vous avez un travail sédentaire, alors vous devez absolument bouger votre cou et votre dos toutes les heures. Effectuez des exercices légers pour restaurer le tonus musculaire. Plus important encore: évitez l’automédication. En le faisant, vous mettez votre corps en danger.

Dormi sur un matelas orthopédique
Dormi sur un matelas orthopédique est un excellent moyen de prévention de l’ostéophytose.

Quelles sont les complications possibles

Les ostéophytes localisés à l’avant de la colonne cervicale peuvent progresser vers le pharynx et l’œsophage, ce qui peut provoquer des symptômes de dysphagie, un dysfonctionnement de l’épiglotte et une apnée du sommeil.

Les ostéophytes situés à l’arrière de la colonne cervicale peuvent exercer une pression sur la moelle épinière et l’artère cervicale, ce qui peut perturber la circulation sanguine dans le cou et la tête. Cette situation peut s’accompagner de vertiges et d’une perte de conscience lors des mouvements brusques.

Des lésions traumatiques de l’aorte peuvent survenir, en raison de la pression mécanique exercée sur la paroi arrière de l’aorte.

Sources :

  • https://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=osteophytose
  • https://ard.bmj.com/content/annrheumdis/11/4/289.full.pdf
  • https://medicalhealthcareinfo.com/osteophytosis-causes-symptoms-diagnosis-treatment/
  • https://healthfully.com/osteophytosis-treatment-5232732.html
  • https://www.em-consulte.com/en/article/1017390#N10196
  • https://www.healthline.com/health/bone-spurs-osteophytosis#treatment
  • https://factdr.com/health-conditions/bone-spurs/
  • https://www.webmd.com/pain-management/what-are-bone-spurs#1
  • https://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/bone-spurs/symptoms-causes/syc-20370212
  • https://www.medicinenet.com/bone_spurs/article.htm
  • https://www.verywellhealth.com/bone-spurs-osteophyte-definition-2548492
  • https://my.clevelandclinic.org/health/diseases/10395-bone-spurs
  • https://www.nhs.uk/conditions/osteophyte/
  • https://www.cedars-sinai.org/health-library/diseases-and-conditions/b/bone-spurs.html
  • https://www.webmd.com/pain-management/heel-spurs-pain-causes-symptoms-treatments#1
  • https://www.terrytalksnutrition.com/health-articles/preventing-and-healing-bone-spurs-naturally/
  • https://www.spine-health.com/conditions/arthritis/treatment-options-bone-spurs
  • https://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/bone-spurs/diagnosis-treatment/drc-20370216
  • https://txspineonline.com/treatments/bone-spur-complications
  • https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20383671

Laisser un commentaire

Fermer le menu