You are currently viewing OpenAI tente de déposer “GPT” comme marque, verdict de l’USPTO annoncé
Un écran d’ordinateur avec le mot cpt dessus.
  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:High-Tech

La quête d’OpenAI pour établir “GPT” comme une marque distincte a rencontré des obstacles réglementaires, suite à la décision de l’USPTO (United States Patent and Trademark Office). Cette tentative de positionnement reflète l’importance stratégique que la société attribue à cette appellation, dans un contexte où la technologie des modèles linguistiques génératifs pré-entraînés occupe une place de plus en plus centrale dans le secteur de l’intelligence artificielle. Décryptage de cette affaire et exploration des implications pour le monde de l’IA.

Arguments contre le dépôt de la marque “gpt”

L’USPTO a récemment signifié son refus d’enregistrer “GPT” comme une marque appartenant à OpenAI, arguant que “GPT” est essentiellement descriptif. Cette décision repose sur la nature même de “GPT” (Generative Pre-trained Transformers), désignant une technologie spécifique à l’intelligence artificielle. Ce terme, surtout depuis le lancement de ChatGPT par OpenAI en novembre 2022, est devenu synonyme d’un certain type de capacité de traitement du langage naturel.

À travers cette position, l’USPTO cherche à préserver un environnement compétitif sain, craignant qu’un enregistrement marque par OpenAI ne réprime la compétition ou ne facilite des procès onéreux contre d’autres entités pour violation de marque. La décision de l’office s’ancre également dans la volonté de garder l’accès ouvert à des termes techniques fondamentaux pour le développement et l’innovation dans le domaine de l’IA.

Les implications d’une marque “gpt”

Si OpenAI avait réussi à enregistrer “GPT” comme marque, cela aurait eu d’importantes répercussions. Détenteur d’une marque, OpenAI aurait pu exercer des droits étendus, incluant la dissuasion d’utilisation non autorisée du terme par le biais du symbole ® et la possibilité de poursuivre en justice pour toute infraction présumée. Cette potentialité soulevait l’inquiétude quant à l’utilisation future du terme “GPT” par d’autres sociétés, certaines pouvant s’appuyer sur cette technologie pour propulser leurs produits ou services.

Il est important de noter que l’argumentation d’OpenAI – selon laquelle le grand public ne saisirait pas pleinement le sens technique de “GPT” – n’a pas convaincu l’USPTO. Cette dernière maintient que le terme “GPT” est étroitement associé à une technologie distincte et ici, l’accessibilité du terme pour un usage général prime.

L’après-verdict : quelle suite pour openai ?

La “décision finale” annoncée par l’USPTO n’est peut-être pas si finale. OpenAI dispose encore de quelques cartes à jouer, allant de la demande de réexamen à l’engagement d’une procédure d’appel. Le destin de “GPT” en tant que marque est donc toujours en jeu, avec une issue encore incertaine. Pendant ce temps, OpenAI poursuit ses initiatives, comme en témoigne le dévoilement récent de “Sora”, un nouveau modèle de génération vidéo baptisé d’après le mot japonais signifiant ciel.

Pour davantage d’informations sur des innovations dans le domaine technologique, l’article sur Elon Musk testant la Apple Vision Pro offre une perspective intéressante sur les avancées et les scepticismes actuels concernant les dernières gadgets.

Conclusion : un débat plus large sur la propriété intellectuelle

L’effort d’OpenAI pour enregistrer “GPT” comme marque et le refus de l’USPTO soulignent un débat plus large sur la propriété intellectuelle dans l’ère numérique. Les termes techniques, surtout lorsqu’ils acquièrent une signification expansive ou se transforment en standards de fait, posent un défi significatif en matière de marque. Cette affaire met en lumière les tensions entre les intérêts commerciaux d’entreprises innovantes comme OpenAI et la nécessité de préserver un domaine public riche et accessible pour stimuler l’innovation future.

En définitive, l’enjeu est de taille tant pour OpenAI que pour l’écosystème global de l’IA, où la balance entre protection des innovations et promotion de l’accès ouvert et de la concurrence équitable devra être finement ajustée. Le parcours d’OpenAI dans cette affaire de marque sera suivi de près, symbolisant des questions fondamentales sur la direction que prendra l’innovation technologique dans les années à venir.

Maxime

Maxime a en charge les relations partenaires et est chargé de s’assurer que le reste de l’équipe travaille efficacement et en bonne intelligence