You are currently viewing Propriétaire d’équipe Call of Duty League poursuit Activision Blizzard pour 680 M$
Un homme d’affaires en costume tient un document devant les toits de la ville.
  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Gaming

La scène compétitive des jeux vidéo a été témoin d’une action en justice retentissante, impliquant le géant du jeu vidéo Activision Blizzard. Au cœur de cette tempête juridique se trouve Hector “H3CZ” Rodriguez, CEO d’OpTic Gaming, et l’ancien joueur désormais retraité Seth “Scump” Abner. Les deux figures emblématiques de l’esport cherchent à obtenir 680 millions de dollars de dommages et intérêts pour ce qu’ils qualifient de pratiques monopolistiques concernant la ligue esport de Call of Duty d’Activision Blizzard.

Des termes contraignants mis en lumière

L’origine de ce conflit se trouve dans les conditions draconiennes imposées par Activision Blizzard à ceux qui souhaitent participer à la Call of Duty League (CDL). Selon la plainte, avant la création de la CDL en 2019, les tournois de Call of Duty étaient organisés par des tiers indépendants et adoptaient une structure ouverte, permettant à toute équipe de s’inscrire et de participer. Cependant, avec la mise en place de la CDL, Activision Blizzard a non seulement limité le nombre d’équipes à douze, mais a également imposé des frais de franchise s’élevant à des millions de dollars.

La plainte révèle que pour acheter une place en franchise, les équipes devaient débourser 27,5 millions de dollars. De plus, elles étaient contraintes de reverser 50 % des revenus des ventes de marchandises et des billets d’événement à Activision Blizzard. Le géant du jeu vidéo s’arrogeait également le droit exclusif sur les partenariats publicitaires les plus lucratifs. De manière plus contraignante encore, Activision Blizzard interdisait aux équipes et aux joueurs de participer à des tournois extérieurs à la ligue et limitait la capacité des joueurs à obtenir leurs propres parrainages.

Une politique monopolistique contestée

La pratique controversée d’Activision Blizzard a culminé en 2020 lorsque les joueurs ont été obligés de signer un accord les liant aux règles de la ligue, sans possibilité de consulter un conseil juridique, sous peine d’être exclus de leur équipe juste avant le début de la ligue. Cette situation a mis en exergue le pouvoir monopolistique qu’Activision Blizzard exerçait sur le marché des ligues et tournois professionnels de Call of Duty, éliminant ainsi toute forme de concurrence.

Cette action en justice n’est pas sans précédent. En 2023, Activision a réglé une affaire avec le Département de la Justice des États-Unis concernant la “Competitive Balance Tax” imposée dans ses ligues esport de Call of Duty et Overwatch, accusée de déprimer potentiellement les salaires des joueurs. Il est primordial de noter que les deux ligues ont volontairement abandonné cette règle en 2021 à la suite d’une enquête du DOJ.

La réaction d’activision blizzard

Face à ces accusations, Activision Blizzard ne reste pas muet. Delaney Simmons, porte-parole de l’entreprise, a émis un communiqué rétorquant que Hector Rodriguez et Seth Abner avaient exigé des dizaines de millions de dollars pour éviter cette procédure judiciaire qu’elle qualifie de sans mérite. Elle affirme qu’Activision Blizzard se défendra vigoureusement contre ces allégations qu’elle juge sans fondement factuel ou légal. Simmons ajoute que l’entreprise est déçue de voir des membres de la communauté esport intenter cette action, laquelle perturberait les propriétaires d’équipes, les joueurs, les fans et les partenaires impliqués dans le succès de la Call of Duty League.

Perspectives d’avenir pour l’esport et la call of duty league

Alors que cette bataille juridique fait rage, elle met en lumière la tension croissante entre les éditeurs de jeux vidéo et les acteurs de l’esport. L’issue de cette affaire pourrait avoir des répercussions profondes sur la structure des ligues esport professionnelles à l’avenir. Elle soulève des questions importantes sur l’équilibre entre la protection des droits de propriété intellectuelle et la promotion d’un environnement compétitif sain dans l’esport.

Enfin, il est indéniable que l’esport continue de captiver l’attention à travers le monde, offrant des moments de compétition palpitants. Pour ceux qui cherchent à plonger davantage dans l’univers du jeu en ligne, découvrez le top 5 des jeux multijoueurs en ligne pour jouer avec des amis, une liste présentant des expériences de jeu variées pour tous les goûts.

Maxime

Maxime a en charge les relations partenaires et est chargé de s’assurer que le reste de l’équipe travaille efficacement et en bonne intelligence