Selon une étude d’Accenture, l’industrie du jeu vidéo pèse aujourd’hui près de 300 milliards de dollars. Tous les grands groupes ont déjà investi. Mais il reste encore de la place pour de petites start-up, telle Piepacker.

Les deux fondateurs sont français et ont quitté leurs jobs dans de grosses boîtes américaines pour lancer leur propre plateforme. Une plateforme qui rencontre d’ailleurs pas mal de succès puisque le crowdfunding via Kickstarter a été bien meilleur que prévu et que la version bêta a déjà été téléchargée 100.000 fois d’après Benjamin Devienne, l’un des deux cofondateurs.

Benjamin Devienne est un des fondateurs de Piepacker

Le but de la plateforme est de prendre à contrepied la tendance actuelle… Que ce soit les fabricants de console ou les groupes comme Google (avec Stadia), tout ou presque est pensé pour le gamer. Pour celui qui possède un équipement puissant et une très bonne connexion internet. Or, de très nombreuses personnes ne sont pas dans ce cas-là. Et donc, de facto, laissés pour compte par acteurs de l’industrie.

Dans un premier temps, Piepacker va proposer des jeux rétro. Ils ont l’avantage d’être moins gourmands. On peut donc y jouer avec du matériel vieillissant. Ou une connexion internet moyenne, tout en gardant une bonne expérience de jeu.

Dans un second temps, la plateforme adaptera les jeux actuels pour les rendre moins gourmands et limiter l’énergie nécessaire à un service de gaming.

Même si le rétro est actuellement mis à l’honneur au niveau des jeux vidéo, la plateforme intègre un chat vidéo, des filtres et pas mal d’autres fonctionnalités qu’on retrouve sur des applis populaires.

A lire également :  Vivo Ifea, le smartphone à caméra amovible

Comme quoi, rétro ne signifie pas non plus dépassé !

Pierre

Pierre est rédacteur depuis de nombreuses années. Très orienté dernières technologies, avec un petit côté geek parfaitement adapté au Gros Blog, il nous fait profiter de sa plume pour nous tenir informé des dernières actualités High-Tech. Merci Pierre ! :)

Laisser un commentaire