La France dans le trio de tête des vendeurs d’armes dans le monde : non, il n’y a pas de quoi être fier !

La France prend régulièrement position contre de nombreux conflits et abus de pouvoir dans le monde, mais ce que beaucoup de Français ignorent, c’est que notre pays est l’un des plus grands exportateurs d’armes au monde. Pendant que les politiques affirment leur attachement aux droits de l’homme, ils n’hésitent pas à autoriser des ventes d’armes à des pays qui sont aux antipodes du respect des droits humains. Il n’y a pas de quoi être fier !

La France : 3ème exportateur d’armes au monde

Militaire arméSelon les chiffres du Stockholm International Peace Research Institute, l’Hexagone est le troisième exportateur d’armes au monde, juste derrière les États-Unis et la Russie. Entre 2013 et 2017, la France a vendu des armes à 81 pays. Comparée à la période 2008-2012, les exportations françaises ont augmenté de 27%.

Au total, 42% des exportations françaises d’armes étaient destinées aux États du Moyen-Orient, 31% à l’Asie et à l’Océanie, 10% aux autres États d’Europe, 9,1% aux Amériques et 7,5% en Afrique. L’Égypte (25%), compté parmi les clients du Moyen-Orient, était de loin le plus gros destinataire d’armes françaises pendant cette période.

La politique agressive du gouvernement français en matière de vente d’armes prévoyait la mise à disposition rapide d’avions de combat et de navires de guerre destinés à l’Égypte. Plusieurs accords importants ont été signés en 2013-2017, notamment 36 avions de combat pour l’Inde et le Qatar et 12 sous-marins pour l’Australie.

Un manque criard de scrupules

Le discours des politiques français est très loin de la réalité en ce qui concerne les ventes d’armes. Alors que Paris condamne publiquement les régimes autoritaires et la répression, il n’hésite pas quand il s’agit de vendre des armes.

Dans la période 2013-2017, l’Égypte et la Chine étaient les principaux clients de la France avec respectivement, 25% et 8,6% des volumes exportés. La France a accéléré la vente et la livraison de navires et d’avions de guerre au régime autoritaire du Général Al Sissi. Le gouvernement a fermé les yeux sur les actes de torture, d’abus des droits humains dénoncés par les organisations de défense des droits de l’homme comme Amnesty International.

Quand on sait le peu de respect que la Chine accorde aux droits humains, il est tout à fait étonnant que ce pays compte parmi les principaux clients de la France. Les armes permettent de maintenir l’ordre et la sécurité, mais il est tout à fait scandaleux de vendre des armes qui seront utilisées pour brimer des populations.

Le scandale yéménite

Le rafale, un avion de chasse françaisAu moins 42% des exportations d’armes françaises se font à destination du Moyen-Orient, une région connue pour son instabilité et ses innombrables conflits. Le cas des armes vendues à l’Arabie Saoudite et aux Émirats Arabes Unis pour le conflit au Yémen nous en dit très long sur la supercherie.

Un certain nombre de pays ont restreint leurs ventes d’armes à l’Arabie saoudite depuis que le royaume a lancé des frappes aériennes au Yémen en 2015, dans une guerre que l’ONU décrit comme la pire catastrophe humanitaire provoquée par l’homme.

Cependant, nous constatons, avec tristesse que la France n’en fait pas partie. Les exportations françaises d’armes en Arabie saoudite se sont chiffrées à 174 millions de dollars en 2015, à 91 millions de dollars en 2016 et à 27 millions de dollars en 2017. Les exportations d’armes ont peut-être officiellement baissé, mais l’Hexagone n’est pas prêt de lâcher son client saoudien.

Comment ne pas avoir honte, quand on sait que la grande majorité des pays européens, y compris l’Allemagne, le Danemark, la Finlande ont cessé toute livraison d’armes à ce pays ? Comble de l’ironie, les autorités françaises ont affirmé que leurs ventes d’armes respectaient les traités internationaux !

Quelques lectures pour aller plus loin sur le sujet :

Laisser un commentaire

Fermer le menu