Hyundai et Kia ont récemment innové dans le domaine de l’autonomie des véhicules électriques avec le développement d’une technologie novatrice destinée à optimiser l’efficience énergétique. L’« Active Air Skirt » (AAS), c’est son nom, a été mis au point afin de réduire la résistance aérodynamique, permettant ainsi de diminuer la consommation d’énergie tout en améliorant l’autonomie. Cette avancée soulève une interrogation quant à son utilité réelle, étant donné que l’autonomie des SUVs électriques actuels ne semble pas représenter un problème majeur pour les consommateurs. Pourtant, l’impact potentiel sur la performance et la stabilité de conduite pourrait s’avérer être un atout supplémentaire pour les utilisateurs.

L’active air skirt, une révolution pour l’aérodynamisme ?

En adoptant le concept d’Active Air Skirt, Hyundai et Kia visent non seulement à améliorer la distance parcourable par leurs SUVs électriques, mais aussi à garantir une meilleure traction et stabilité, notamment à des vitesses élevées. Perceptible dès 80 km/h, le système s’active pour fluidifier le flux d’air autour des roues, réduisant ainsi la turbulence et par suite, la résistance au mouvement. Selon le constructeur coréen, les essais ont permis de constater une baisse significative du coefficient de traînée de 2,8%, équivalant à un gain d’autonomie de près de six kilomètres.

Implémenté entre le pare-chocs avant et les roues antérieures des véhicules, l’Active Air Skirt révèle une finesse technologique visant à rendre les SUVs plus économes et endurants. Alors que les modèles Ioniq 5 et 6 disposaient déjà de dispositifs actifs pour gérer les flux d’air, le nouveau système propose une étape supplémentaire dans l’optimisation de la performance énergétique.

Impact sur la performance et l’expérience de conduite

Il ne fait aucun doute que la priorité de l’AAS est d’améliorer l’autonomie des SUVs électriques. Toutefois, Hyundai met également en avant les bienfaits annexes sur la conduite. Outre la distance accrue, le système favorise une meilleure adhérence et une stabilité à grande vitesse grâce à l’augmentation du downforce. Bien que ces caractéristiques se manifestent principalement à haute vitesse, elles composent un argument solide pour les passionnés de performance et de sécurité.

Sun Hyung Cho, Vice-président et chef du groupe de développement du corps de mobilité chez Hyundai, souligne que l’AAS sera particulièrement bénéfique pour les SUVs, où les améliorations aérodynamiques s’avèrent plus ardues. À l’heure où les SUVs, qu’ils soient électriques ou non, connaissent une popularité ascensionnelle, l’AAS pourrait bien accompagner et perpétuer cet engouement de manière durable.

Planifications pour une mise en service généralisée

Après avoir subi une batterie de tests de performance et de résistance, l’AAS envisage un futur proche où il équiperait de série les véhicules électriques de Hyundai et Kia. Dans cette optique, les deux marques ont déjà sécurisé des brevets pour cette technologie en Corée du Sud et aux États-Unis. Tandis que le dernier-né de la gamme, l’Ioniq 6, n’intégrera pas encore cette innovation, il reste un exemple de l’orientation stratégique du constructeur vers une mobilité électrique de pointe.

Cette stratégie d’innovation dans le secteur des véhicules électriques n’est pas sans rappeler les efforts de certains autres grands acteurs de l’industrie, comme Samsung avec ses avancées technologiques sur les écrans plats, suggérant une réflexion sur l’avenir des technologies utilisées au quotidien. Hyundai et Kia semblent ainsi suivre une voie similaire, en cherchant à perfectionner non seulement l’utilité mais aussi l’expérience globale de leurs véhicules électriques.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Actualités

Maxime

Maxime a en charge les relations partenaires et est chargé de s’assurer que le reste de l’équipe travaille efficacement et en bonne intelligence