L’horizon de la guerre moderne semble se redessiner sous l’impulsion des avancées technologiques, notamment dans le domaine du drone autonome. Eric Schmidt, ancien CEO de Google, a récemment tourné son attention et ses investissements vers cette innovation militaire novatrice. Un projet qui n’était alors qu’un murmure depuis son déplacement en Ukraine s’est concrétisé sous la forme d’une startup, White Stork, oeuvrant dans la production de drones d’attaque « kamikaze » avec un niveau d’intelligence artificielle avancée. Ces drones sont conçus pour se comporter comme des munitions furtives, capables de détecter et frapper des cibles avec une précision sans précédent, même en absence de signal GPS.

Eric schmidt et white stork : une révolution pour les conflits armés

Investissant dans le potentiel disruptif des drones dotés d’intelligence artificielle, Eric Schmidt met la main à la pâte dans un domaine qui pourrait radicalement changer la donne des guerres futures. White Stork, la startup qui faisait auparavant profil bas sous le nom Swift Beat Holdings, est sortie de l’ombre pour révéler son objectif ambitieux : développer et produire en masse des drones tactiques kamikaze.

Le concept de drone ‘kamikaze’ n’est pas nouveau. Ces engins volants sont conçus pour patrouiller et, une fois leur cible identifiée, plonger vers elle pour l’attaquer, généralement en s’autodétruisant. Une tactique déjà en usage, comme l’eurent prouvé l’utilisation des Switchblade par le gouvernement ukrainien ou des Geran-2 par la Russie.

Cependant, White Stork a l’intention de transcender les capacités existantes de ces outils militaires en optimisant leur autonomie et leur efficacité. En armant ces drones d’un système d’intelligence artificielle, la startup cherche à leur permettre de reconnaître et d’engager de manière autonome des cibles, constituant ainsi une avancée majeure par rapport aux modèles contemporains.

Intelligence artificielle : un élément clé dans l’innovation drone

L’intégration de l’intelligence artificielle aux drones kamikaze à la White Stork pourrait être un point de bascule technologique stratégique dans les combats modernes. Les systèmes AI sont conçus pour fonctionner efficacement même dans des conditions hostiles, par exemple lorsque les signaux de positionnement global sont brouillés ou désactivés.

L’utilisation de cette technologie n’est pas limitée à la sphère militaire. Dans le civil, elle trouve des applications toujours plus poussées. N’allez pas plus loin pour découvrir comment les chatbots GPT d’OpenAI révolutionnent les services en ligne, avec des implications potentielles considérables tant pour le grand public que pour des domaines comme la défense.

La capacité des drones kamikaze à localiser et neutraliser des cibles sans être affectés par des interventions extérieures représente donc un enjeu majeur. Cela pourrait non seulement déplacer les lignes sur les champs de bataille mais également transformer nos stratégies en matière de sécurité et de défense.

La viabilité économique des drones : un aspect crucial

La question du coût reste une préoccupation majeure pour les drones kamikaze de White Stork. En tant que munitions dites “merodeadoras” ou rôdeuses en français, ils sont destinés à être utilisés une seule fois. Leur efficacité doit donc être mise en balance avec leur coût de production.

Pour Schmidt et son équipe, il est essentiel de développer des drones abordables pour pouvoir les déployer efficacement en grand nombre. Ils doivent être considérés comme des munitions attrayantes pour les forces militaires, pesant ainsi significativement dans les budgets de défense mais sans être prohibitifs.

La startup travaille donc sur ce point délicat afin de s’assurer que les innovations technologiques proposées restent financièrement accessibles. Cela implique potentiellement de repenser certaines approches de fabrication ou d’acquérir de nouvelles méthodes de production industrialisée.

Eric schmidt, un acteur clé dans la défense et l’intelligence artificielle

Eric Schmidt n’en est pas à son premier coup d’essai en matière de défense et d’innovation. Entre 2016 et 2021, il a dirigé la Defense Innovation Board, apportant son expertise sur l’intégration de l’innovation au sein du système de défense américain. Sous sa direction, des conseils ont été prodigués au Congrès des États-Unis concernant l’utilisation des algorithmes militaires.

Il faut souligner ici que son engagement pour la reconnaissance et la neutralisation des cibles par le biais de l’intelligence artificielle est profondément enraciné. Cela s’est manifesté lorsque Schmidt a présidé la Commission de Sécurité Nationale sur l’intelligence artificielle, couvrant le sujet de façon exhaustive durant la même période.

Ce n’est donc pas seulement une question d’investissement financier pour l’ancien dirigeant de Google, mais un prolongement de sa vision d’un monde intégrant la technologie comme vecteur de changements structurels, y compris dans un domaine aussi crucial que celui de la défense.

En définitive, les évolutions amenées par Eric Schmidt et des initiatives telles que White Stork pourraient conduire à une reconfiguration des règles régissant les opérations militaires. L’intérêt manifesté par cet influent pionnier du numérique dans les drones ‘kamikaze’ équipés d’une IA montre la tendance vers une numérisation et une automatisation croissantes du théâtre des opérations. Ces développements technologiques, qui semblent tout droit sortis de la science-fiction, prennent aujourd’hui une place plausiblement concrète dans la stratégie et la tactique militaire moderne.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Actualités

Maxime

Maxime a en charge les relations partenaires et est chargé de s’assurer que le reste de l’équipe travaille efficacement et en bonne intelligence