Depuis 2018, Huawei vit une situation de véritable harcèlement et de démolition systématique, non seulement vis-à-vis de sa présence aux États-Unis, mais également pour son modèle économique à l’échelle mondiale. L’entreprise chinoise s’est retrouvée dans un feu croisé dans la guerre commerciale que se livrent les deux plus grandes puissances mondiales et Donald Trump a décidé de sanctionner Huawei pour l’exemple.

Les origines des déboires de Huawei

En 2018, l’administration Trump a interdit l’utilisation des équipements Huawei et d’autres sociétés chinoises par des agences gouvernementales américaines. Elle a également conseillé à ses alliés de ne pas utiliser l’infrastructure 5G de la société et a même averti les Européens que les États-Unis ne partageraient plus d’informations sensibles si les pays du vieux continent décidaient finalement d’adopter le réseau de cinquième génération sur lequel travaille Huawei.

Trump pas content de Huawei
En 2018, le président américain Donald Trump a interdit l’utilisation des équipements et des infrastructures des entreprises chinoises. Mais depuis le 15 mai 2019, Huawei figure nommément sur la liste noire des entreprises visées par des limitations commerciales avec des sociétés américaines.

Depuis quelque temps, Donald Trump et son administration accusent Huawei d’être étroitement lié au gouvernement chinois et d’avoir reçu un financement des services de renseignement de ce pays. Il suppose également que la société ne peut échapper à la surveillance chinoise, c’est-à-dire qu’elle est obligée de partager des données avec le gouvernement chinois.

En 2018, Washington avait engagé des poursuites pénales contre Huawei, accusant la firme chinoise de ne pas avoir respecté les sanctions imposées à l’Iran. De l’avis de l’administration Trump, Huawei aurait commercé avec l’Iran par le biais de Skycom, une entité apparemment contrôlée par la société chinoise.

De cette manière, la société aurait contourné les sanctions commerciales imposées par les États-Unis. En conséquence, la directrice financière de Huawei, Meng Wanzhou a été arrêtée au Canada le 1er décembre 2018 et risque maintenant d’être extradée vers les États-Unis.

Les États-Unis accusent également le géant technologique d’avoir volé des secrets commerciaux à la compagnie de téléphonie T-Mobile. La société aurait pu accéder à Tappy, une technologie brevetée par T-Mobile par le biais de photos et d’informations confidentielles qu’elle aurait demandé à ses employés de lui envoyer.

A travers un décret datant du 15 mai 2019, Trump a inclus Huawei sur une liste noire qui affecte commercialement le géant des technologies de l’information, car il limite l’accès aux produits et services offerts par des entreprises américaines.

Le Département du commerce des États-Unis a mis en œuvre cette restriction car il estime que la société est impliquée dans des activités pouvant comporter des risques pour la sécurité nationale.

Une menace sur la survie de Huawei

À la suite du décret de Trump, de nombreuses entreprises américaines ont dû rompre leurs liens commerciaux avec Huawei. Bien que le gouvernement ait repoussé la date limite pour la mise en œuvre du blocus jusqu’en août 2019, les entreprises ont déjà commencé à se dissocier du géant chinois.

Google a précisé, à partir du compte Twitter d’Android, qu’il se conformait aux actions du gouvernement des États-Unis. Concrètement, cela signifie que les futurs smartphones Huawei n’auront pas accès à Android, ni aux produits écosystémiques de Google tels que Google Maps, YouTube et Gmail, entre autres.

Google n’est pas la seule entreprise qui a dû rompre ses relations. Qualcomm, Intel, Broadcom, Xilinx et Microsoft ont suivi la même voie. La liste est longue et elle dépasse les limites des États-Unis. La société de microprocesseurs ARM a également annoncé qu’elle cesserait de commercer avec Huawei.

Les compagnies de téléphone Vodafone et British Telecom, pour leur part, ont annoncé qu’elles ne proposeront pas d’équipement 5G Huawei. Et la société japonaise NTT Docomo a annoncé avoir mis fin à ses commandes pour le modèle mobile Huawei P30, qui devait être lancé dans le pays dans quelques mois.

La décision de Google représente un coup dur pour le plus grand fabricant mondial d’équipements de télécommunications, qui ne bénéficiera plus d’un accès aux applications propriétaires de Google. Et bien que les utilisateurs actuels de Huawei puissent toujours télécharger des applications via Google Play Store, celles-ci ne seront pas disponibles sur les futurs téléphones Huawei.

Huawei vs Trump
L’interdiction de commercer avec Huawei pourrait retarder le déploiement de la 5 G si chère à la société chinoise mais aussi nuire à des entreprises américaines telles que Micron et Qualcomm.

Quel avenir pour Huawei ?

Huawei a récemment commencé à proposer ses propres services, y compris un magasin d’applications, sur ses téléphones mobiles. Il convient cependant de noter que d’autres sociétés ont tenté de proposer leurs propres écosystèmes sans grand succès. Samsung avait essayé de briser sa dépendance à Android en lançant son propre système d’exploitation, mais cela s’est soldé par un échec. Huawei s’est préparé depuis des années à cette éventualité. L’entreprise a déclaré accumuler des stocks et diversifier sa chaîne d’approvisionnement depuis des années.

Tout espoir n’est cependant pas perdu. Le mardi 21 mai 2019, le président des États-Unis a laissé entendre que le bannissement du géant chinois des télécommunications pourrait être un élément de négociation dans la guerre commerciale avec Beijing. Il est possible que Huawei soit inclus dans un accord commercial. Les actions contre le champion national chinois peuvent toutefois avoir des conséquences dévastatrices pour le reste du monde. Le blocage de la vente à Huawei de composants critiques tels que les semi-conducteurs pourrait nuire aux activités de géants américains comme Qualcomm et Micron, et retarder le déploiement de la 5G dans le monde entier.

Cet article a 1 commentaire

  1. En ce qui me concerne, je vais continuer à utiliser la marque Huawei. J’ai un P30 Pro et j’adore ce smartphone. Les fonctionnalités sont impressionnantes et la caméra est vraiment surprenante.

Laisser un commentaire

Fermer le menu