Le cloud gaming est l’une des avancées qui s’implanteront au cours des prochaines années, en particulier lorsque la 5G sera établie et normalisée. En bref, il s’agit d’une technologie qui traite les jeux sur des serveurs distants et permet à l’utilisateur de jouer en streaming sans disposer d’un équipement puissant. Les récents mouvements de Microsoft et de Google, avec respectivement Microsoft XCloud et Google Stadia, confirment que les entreprises les plus importantes du secteur ont déjà pour objectif de miser sur le cloud gaming. Après les sorties de ces deux géants, à quoi d’autre peut-on s’attendre ?

Top départ de la course

Le rythme avec lequel s’enchaînent les annonces montre clairement que la sphère du jeu vidéo est entrée dans une nouvelle ère. Les problèmes techniques liés au cloud gaming étant pour l’essentiel résolus, les titans du secteur se sont mis en ordre de bataille.

xCloud, un service de cloud gaming
Avec xCloud et Playstation Now, Microsoft et Sony se lancent résolument à l’assaut du Cloud Gaming en espérant imposer leur suprématie comme d’habitude. Mais cette fois, ces titans du jeu vidéo doivent compter avec la présence de Stadia, la plateforme de Google, autre géant du cloud et du streaming.

Début octobre 2018, Microsoft a annoncé XCloud, sa plateforme de jeu vidéo en streaming. La société affirmait avoir réussi à réduire le temps de latence et à éliminer le reste des problèmes rencontrés sur ce type de plateforme. Selon cette entreprise, sa technologie peut fonctionner sur les appareils mobiles, les téléviseurs, les ordinateurs et les consoles, car le traitement des jeux se fera sur des serveurs externes. Début 2019, la firme américaine a lancé la version bêta du service.

A la Game Developers Conference (GDC) 2019, Google a présenté Stadia, sa plateforme de jeu dans le nuage, qui ne parie pas sur une console, mais sur un nouveau service qui va permettre aux gamers de jouer en streaming à partir de tout lieu et sur tout type périphérique (téléphones intelligents, ordinateurs, tablettes, etc.). Google a promis qu’avec Stadia, les utilisateurs oublieront les téléchargements, les correctifs et les installations. Tout sera instantané, selon le géant américain. La résolution maximale des jeux sera de 4K HDR à 60fps, mais Google promet qu’à l’avenir, il sera en mesure d’offrir des taux supérieurs à 120fps et même une résolution de 8K.

Les challengers

Une semaine après que Google ait introduit Stadia, Tencent a lancé sa propre plateforme pour les jeux dans le nuage. Elle a reçu le nom « Start ». Jusqu’à présent, les tests publics du service sont disponibles uniquement à Shanghai et dans le Guangdong. Les utilisateurs d’autres régions de Chine peuvent s’inscrire sur le site Web de la compagnie afin de participer au test. Le service sera compatible avec PC, Mac, iOS, Android et les téléviseurs intelligents. Son moteur officiel sera Unity, comme l’a annoncé l’équipe lors de la présentation au GDC 2019.

L’un des premiers projets parmi les services de jeu en streaming nouvelle version est PlayStation Now de Sony. Il a été officiellement lancé en tant que service par abonnement aux États-Unis le 13 janvier 2015. PlayStation Now est en partie le résultat de l’utilisation de la technologie de Gaikai, que Sony a acquis pour 380 millions de dollars en 2012. PlayStation Now vous permet de jouer à des jeux pour les consoles PS3, PS4 depuis le cloud. L’accès peut être fait à partir des consoles PS4, et des téléviseurs de marque BRAVIA, Samsung et Playstation TV. Sur le papier, Sony semble avoir un arsenal formidable à apporter à cette bataille. La marque Playstation compte parmi les plus respectées dans le secteur du jeu vidéo et le matériel associé est le meilleur au monde.

Le fabricant de carte graphiques Nvidia n’est pas en reste. Lancé depuis le 1er octobre 2015, Nvidia GeForce Now est une solution de cloud gaming avec laquelle il faudra compter à l’avenir. GeForce Now offre aux utilisateurs de PC, Mac et de Nvidia Shield un moyen de jouer à plus de 500 jeux sans avoir besoin d’un matériel local d’une grande puissance. GeForce Now utilise des centres de données situés en Amérique du Nord et en Europe pour faire fonctionner les jeux.

Et ce n’est pas tout ! Sur le starting-block, figurent aussi :

  • Verizon Gaming,
  • Le projet Atlas porté par EA Games,
  • le service cloud gaming via la Switch de Nnitendo..

On soupçonne aussi Amazon de préparer le lancement d’un service de jeu vidéo dans le cloud cette année ou en 2020 !

Quel futur pour le cloud gaming ?

Environ 2 décennies après la première démonstration de jeu vidéo dans le nuage effectuée par le PDG de la finlandaise G-Cluster, le cloud gaming est en pleine effervescence et en passe d’atteindre des sommets. Après PlayStation Now de Sony sorti en 2015 et xCloud lancé au dernier trimestre 2018, la course pour le Netflix du jeu vidéo a enregistré l’entrée en lice de Stadia porté par Google. Le géant américain est entouré d’une kyrielle de partenaires (Ubisoft, AMD, Havok, CryEngine, Unreal,…), Et le starting-block ne désemplit pas !

Assassins Creed Odyssey
Google annonce Stadia une artillerie lourde en matière de cloud gaming, après le fulgurant succès du projet Stream qui a permis aux « gamers » de jouer en streaming et sans encombre entre autres au très gourmand Assassins Creed Odyssey.

La cloud gaming est promis à un avenir prometteur. En quelques années, ses services se sont beaucoup améliorés et tout indique qu’ils vont continuer à l’être. Alors que la qualité du streaming augmente et que la latence diminue, avec un accès plus large aux connexions fibre haut débit et à la 5G, nous pourrions commencer à considérer les consoles de jeu et les pc comme des périphériques volumineux et obsolètes, par rapport aux solutions alternatives dans le Cloud et à la flexibilité qu’ils nous offrent.

Laisser un commentaire

Fermer le menu