vincent lindon Master class : Une rencontre avec Vincent Lindon

le 22 juin 2011 - Événements, Partenariats, TV

Imprimer

LG partenaire du Forum des images a invité une bloggeuse à la Master class, elle nous évoque cette rencontre ouverte au public organisée par le Forum des images. Ainsi chaque mois, un cinéaste renommé s’entretient avec le critique Pascal Mérigeau et évoque, images à l’appui, son parcours, ses aspirations artistiques, sa vision du monde.

La rencontre a commencé par une succession d’extraits de films : Melle Chambon, Fred, puis Welcome… Sa voix quelque peu grippée, sa gueule torturée et ses cheveux aux quatre vents : Vincent Lindon est un acteur que l’on ne présente plus.

Ces quelques images nous mettaient dans l’ambiance de la Master class dédiée à l’acteur mais aussi à l’homme.

Sourire franc, voix hésitante mais entraînante, Vincent s’assoit à côté du grand Pascal Merigeau et la discussion s’engage. Quelques questions pour lancer le ton, des réponses franches, des anecdotes délirantes, des confessions sincères et en quelques minutes, la salle pleine à craquer, est tombée sous le charme de Vincent Lindon.

Ce boulimique de films, tombé dans le cinéma un peu par hasard pour être dans le coup quand il était étudiant s’est taillé une carrière de personnages prolo, torturés mais toujours authentiques et passionnants. Il le dit d’ailleurs lui-même :  « La priorité de ma vie à toujours été a mon statut d’acteur, bien plus que ma vie privée ». Une revanche qu’il a prise sur le passé, comme pour venger son père et montrer à leur entourage qu’on pouvait rentrer partout et manger dans les meilleures assiettes en interprétant des cas sociaux à l’écran ! Il reste cependant les pieds sur terre.

Pendant plus d’1h30, Vincent transforme la salle, il est fascinant. On hésite à se croire à une soirée entre amis dans son salon ou à l’écouter chez son psy. Dans les deux cas, on ne décroche pas. Chaque  anecdote nous fait oublier sa peur de se dévoiler, son esprit un brin schizophrène, ses angoisses permanentes sur tout ce qui se passe autour de lui, sa phobie de ses tics faciaux et nous fait adorer ses explications sur le métier d’acteur ou encore ses meilleurs souvenirs de plateau.

Puis la rencontre prend une autre tournure, on parle de son dernier film Pater avec le non moins célèbre réalisateur Alain Cavalier. S’engage alors une conversation encore plus profonde, l’émotion est palpable. Vincent nous confie qu’il est désormais à l’apogée de son métier avec la vision d’Alain car s’il déteste se voir au cinéma, il n’a pourtant pas hésité une seule seconde face au « scénario » très particulier du réalisateur de se filmer à la fois dans le quotidien mais aussi dans des rôles. « Je me fabrique des souvenirs » répète-t-il plusieurs fois, comme pour imprimer ces moments qu’il aime tant, « Alain, c’est l’audace de la liberté » finira-t-il par dire à l’approche de la fin.

Un personnage timide, explosif d’émotions et de sincérité, qui, en une soirée nous a rappelé un peu cet âme du « Gabin français », amoureux du cinéma « réaliste » et de la vie.

Vous pouvez retrouver l’interview vidéo de cette rencontre sur le site du Forum des images.

@celinecrespin
le 4 juillet 2011
à 4:30

En relisant, je me rend compte à quel point j’aurais pu faire plusieurs articles tellement il y a de choses à raconter sur cette soirée. Des anecdotes en pagaille, des blagues pas possible… Cette masterclass et cette rencontre avec Vincent Lindon a été vraiment fascinante !

Merci LG pour l’occasion 🙂
Céline –

julie
le 1 décembre 2013
à 3:41

jéspère beaucoup le rencontrés un jour c’est mon rêve car c’est un acteur hors paire pour moi!

Ajouter un commentaire